Actualités électorales

Résultats provisoires des élections législatives : Benno Bokk Yakaar obtient 119 députés

La coalition Benno Bokk Yakaar a remporté 119 sièges à l’Assemblée nationale sur 150. Elle est suivie du Parti démocratique sénégalais avec 12 députés, de Bokk Gis Gis et de Bes Du Ñakk avec chacun 4 députés. Les religieux ont réalisé un score honorable avec l’entrée, à l’Hémicycle, du Parti pour la vérité et le développement et du mouvement Faxas.
La coalition Benno Bokk Yaakaar peut siéger tranquillement à l’Assemblée nationale. Les résultats proclamés, hier, par  la Commission nationale de recensement des votes qui siège à la Cour d’Appel de Dakar, ont laissé voir que Benno Bokk Yaakaar (Bby) obtient 119 députés dont 87 députés sur la liste majoritaire, c’est-à-dire les listes départementales et 32 autres sur la liste proportionnelle, c’est-à-dire nationale.
Elle est suivie de loin par le Parti démocratique sénégalais (Pds) qui, sous la houlette d’Omar Sarr, la tête de liste a obtenu 12 députés dont 9 sur la liste proportionnelle et 3 sur la liste majoritaire. Le Pds est arrivé en tête dans les départements de Koungheul et de Kédougou.  
Arrive en troisième position ex æquo l’alliance Bokk Gis Gis (Bgg), née des flancs du Pds et le mouvement Bes Du Ñakk. Chaque liste a décroché quatre sièges sur la liste nationale.  La liste Bes Du Ñakk de Serigne Mansour Sy qui prenait, pour la première fois, part aux élections législatives a déjoué tous les pronostics. Aucun analyste politique ne créditait, à l’entame de la campagne électorale autant de sièges, à cette liste.    Le Mouvement pour la réforme et le développement social (Mrds) dirigé par le ministre conseiller,  l’imam Mbaye Niang a obtenu deux sièges. Il en est de même du Parti pour la vérité et le développement du chef religieux Cheikh Modou Kara Mbacké. Ce parti enverra deux députés à l’Assemblée nationale, confortant ainsi l’arrivée des chefs religieux  à l’hémicycle.  Ce parti a fait mieux que certaines formations politiques classiques comme l’Union pour le renouveau démocratique de Djibo Leïty Kâ, And-Jëf de Mamadou Diop Decroix. Anciens alliés du Parti démocratique sénégalais, ces deux formations politiques ont chacune un député. La coalition Mps/Faxas de Serigne Khadim Thioune, fils du guide des « thiantacounes », Cheikh Béthio Thioune a obtenu un siège. Il en est de même pour la Cpje/Nay Leer de Demba Diop Sy, du mouvement Tekki 2012 dirigé par Mamadou Lamine Diallo, de la liste « Deggo Soxali Transport ak commerce »  d'Alassane Ndoye, de Leeral de Me El Hadji Diouf. Chacune de ces listes a gagné un siège.
Toutes les autres listes, au nombre de 11 n’ont pas obtenu de siège. Il s’agit de l'Alliance démocratique « Pencoo » de Moussa Tine, de  Ptaw de Ndella Diouf, du Spd de Matabara Diop, Res-les Verts d'Ousmane Sow Huchard, de Démocratie citoyenne de Samir Abourizk, du Psa de Souty Touré, de Salam d'Abdou Samath Mbacké, de la Cap 21 du chanteur Demba Dia, d’And Taxawal Askan Wi d'Abdourahim Agne, de Lii Dalna Xel de Senegaal d'Alioune Badara Badiane et de Wa Sénégal d'Amadou Doudou Sarr.

65 femmes siégeront à l’Assemblée nationale
La future Assemblée nationale comptera 65 femmes. Cette forte présence est favorisée par l’application de la parité intégrale votée en 2010 qui fait obligation aux partis politiques ou coalition d’investir autant d’hommes que de femmes si le nombre est pair. Naturellement, c’est la coalition Benno Bokk yaakaar qui compte le plus grand nombre de femmes élues. 

Yathé Nara NDOYE

 

L’Assemblée nationale aura une nouvelle tonalité, selon Robert Sagna

La nouvelle Assemblée nationale sera extrêmement ouverte et large et le tournant qui va s’opérer augure d’un avenir radieux pour l’intérêt du pays. C’est l’avis de Robert Sagna,  membre de Benno Bokk Yakaar qui s’exprimait après les élections législatives remportées par sa coalition.
En effet, il estime, qu’avec la nouvelle donne à l’hémicycle, les Sénégalais assisteront véritablement à un renforcement de la démocratie. « Parce que tout simplement ceux qui sont fondamentalement pour la morale, pour l’éthique, pour l’éducation religieuse prendront part au débat. Je crois qu’il n’y a pas de mal à ça. Et avec la parité qui s’impose aussi, cela va donner une tonalité particulière à cette assemblée nouvelle », a indiqué Robert Sagna. « Les personnes qui vont donc former cette Assemblée nationale seront de fortes personnalités politiques pour avoir été ministres pour les uns ou députés pour les autres. Cette Assemblée va véritablement jouer le rôle qu’on attend d’elle », a-t-il ajouté. Sur la faible participation des citoyens au vote de dimanche dernier, Robert Sagna a reconnu que les populations ne sont pas sorties massivement à l’échelle nationale. Toutefois, il souligne que le taux de 30 % avancé est dépassé dans la région de Ziguinchor. « Les choses se sont très bien passées et notre coalition Benno Bokk Yaakaar a eu des résultats forts appréciables puisque nous avons gagné partout. Ni le Pds encore moins le Bokk Gis Gis n’ont remporté une seule collectivité locale; ce qui est remarquable. Ces résultats sont même meilleurs que ceux du 2e tour de la présidentielle que nous avons remporté. C’est le lieu de remercier les populations pour cette forte mobilisation », a-t-il apprécié.

C. F. KEITA

Le Pds conteste les résultats de Dagana, Kébémer et Mbacké

Le Parti démocratique sénégalais (Pds, opposition) a commis des avocats pour faire reconnaître « sa victoire » dans les départements de Kébémer, de Mbacké et de Dagana, indique un communiqué de Serigne Mbacké Ndiaye, porte-parole de l'ancien président Abdoulaye Wade. « Des avocats ont été commis par le Pds afin que sa victoire dans ces trois départements soit reconnue », écrit M. Ndiaye, qui invoque « des bourrages d'urnes », effectués dans les communautés rurales de Thièp, de Diama et de Sadio, respectivement, dans les départements de Kébémer, de Dagana et de Mbacké.
Les résultats provisoires des législatives du dimanche 1er juillet, communiqués par les Commissions départementales de recensement des votes, donnent la coalition Benno Bokk Yaakaar (au pouvoir) vainqueur dans ces trois circonscriptions électorales.
Ce que conteste le Pds par l’intermédiaire de Serigne Mbacké Ndiaye, l’ancien porte-parole de l’ex-chef de l’Etat, Abdoulaye Wade. « Il est évident que pour des raisons politiciennes, le pouvoir cherche à faire croire à l’opinion que les départements de Kébémer, de Mbacké et de Dagana ont lâché le camp libéral au profit de Benno Bokk Yaakaar », a-t-il dit. Selon lui, les résultats recensés, à partir des commissions départementales de Dagana, de Kébémer et de Mbacké, laissent apparaître, très nettement, que des bourrages d’urnes ont été effectués.          

(APS)

Mamadou Lamine Sakho, Sopi Ak Pds : « Réfléchir sur un mode de scrutin plus performant et plus représentatif »

Tête de liste départementale du Parti démocratique sénégalais à Ziguinchor, Mamadou Lamine Sakho a noté un taux d’abstention assez élevé au plan national. A son avis, cela est dû à plusieurs facteurs que son parti cherchera à juguler dans l’avenir. « Le Pds à l’échelle départementale est sorti 3e avec un résultat honorable. Parce que quand la barque a tangué, le responsable du Pds à Ziguinchor a quitté pour aller à Bokk Gis Gis. Le faible taux de participation résulte d’un sentiment de rejet par rapport à la manière dont ces élections  ont été organisées. Nous sommes sortis d’une élection présidentielle à deux tours et les attentes sont déçues même s’il faut reconnaître que les Sénégalais sont pressés. Mais il faut dire qu’il y a également une confusion entre la présidentielle et les législatives ; il y a un travail d’éducation, de formation et d’information qui s’impose », a estimé la tête de liste départementale de Ziguinchor.  Selon lui, il faut réfléchir sur un mode de scrutin plus performant et plus représentatif de la volonté des citoyens sénégalais.
Commentant les résultats, il estime qu’une nouvelle se dessine au Sénégal. « Les gens commencent de plus en plus à ne pas trop croire aux politiques. L’homme a besoin de refuge et il se réfugie dans la religion. C’est un constat que nous faisons et que nous allons évaluer pour voir l’impact parce qu’aussi nous sommes dans une République laïque où la religion ne doit pas être une croyance qui peut dévoyer certains électeurs », a-t-il déclaré. 
Aujourd’hui, il estime encore qu’une nouvelle cartographie politique s’est dessinée à Ziguinchor. « Nous sommes la seule formation politique à Ziguinchor à prendre part, seule, aux élections. Les autres sont des coalitions. Notre résultat est appréciable, maintenant, nous allons nous réorganiser et prendre le parti en main avec une nouvelle vision et une nouvelle démarche parce que ceux qui ont détruit le Pds ce sont ceux-là qui sont partis », a-t-il dit.

C. F. KEITA

Des observateurs africains recommandent le bulletin unique et le couplage

Après avoir constaté le bon déroulement du scrutin des législatives du 1er juillet, plusieurs missions d’observations électorales africaines ont recommandé le couplage des élections et l’instauration du bulletin unique pour les futures échéances électorales.
Le Réseau des observateurs électoraux d’Afrique Centrale et de l’Ouest (Roeaco) estime que les élections législatives du 1er juillet se sont déroulées « dans la paix, la quiétude, la sérénité et la transparence ». Le Roeaco dont les 26 observateurs étaient déployés dans 450 bureaux de votes à Thiès, Mbour, Fatick, Kébémer, Louga et Diourbel, note que les opérations de vote ainsi que le dépouillement se sont déroulées de manière satisfaisante : « respect des heures d’ouverture et de fermeture des bureaux de vote, disponibilité du matériel conforme, une bonne sécurisation des lieux de votes, etc. » Le Roeaco recommande, à l’avenir  « l’instauration du bulletin unique, la fermeture des boutiques et autres commerces pendant les heures de vote, le renforcement de l’éducation au vote des populations à travers une campagne de sensibilisation » et appelle le Sénégal à poursuivre la voie de la maturation démocratique.                                 

La mission d’observation de la société civile africaine suggère le couplage des élections
A l’inverse des autres missions d’observation qui, pour la plupart, insistent sur l’observation simple de l’organisation du scrutin, la Mission d’observation électorale de la société civile africaine (30 observateurs issus de 15 Ong) s’est appesanti sur l’ensemble du processus électoral qu’elle suit depuis 2009. Partant du constat d’une « participation timide », un message à décrypter, la Mission d’observation électorale de la société civile africaine (Moesca) suggère, pour y remédier, un couplage des élections à l’avenir – en cas de consensus national – ainsi que l’usage du bulletin unique. L’application de la loi sur la parité – pour la confection des listes tout au moins – ainsi que le professionnalisme des médias sénégalais sont, entre autres points positifs relevés par les observateurs de la société civile africaine. Au total, « ces élections se sont passées de manière régulière, inclusive, dans un climat paisible, de transparence, dans la liberté d’expression et surtout dans des conditions d’organisation globalement satisfaisantes », note cette mission d’observation dans sa déclaration préliminaire.  Toutefois, la saisie de moyens logistiques ou l’interpellation de certains candidats durant la campagne est à regretter selon la mission d’observation de la société civile africaine. Ces interpellations auraient pu être source d’« inégalité des chances pour participer à la compétition ou source de vice de choix des électeurs par la mise en cause de l’honorabilité desdits candidats interpellés ». « Notre mission redoutait que cela ne fusse une source de tension ou d’éventuels boycotts remettant ainsi en cause le caractère inclusif de ces élections », explique le Dr Dagbara Innocent Touré, chef de la Moesca, lors d’une conférence de presse organisée, hier. Mais en définitive, le déroulement du scrutin a prouvé une fois de plus le « caractère exportable » du modèle sénégalais en matière électorale, conclut M. Touré.

Le Raddoe pour une législation sur l’implication du président
de la République dans la campagne des législatives
Pour sa part, le Réseau africain pour la défense de la démocratie et l’observation électorale (Raddoe), qui regroupe huit organisations non gouvernementales venant du Bénin, du Togo, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, de la Guinée Conakry et du Sénégal, salue également la paix et la sérénité qui ont prévalu durant tout le processus électoral et le bon déroulement des opérations de vote. Les observateurs du Raddoe ont, cependant, relevé « quelques dysfonctionnements », notamment, le fait que certains citoyens n’aient pu exercer leur devoir civique pour cause du « temps d’attente trop long entre deux électeurs », l’absence de représentants de certaines listes dans bon nombre de bureaux de votes, la multiplicité des bulletins, « un véritable fardeau  pour les électeurs et un frein à la célérité des opérations électorales », et un faible taux de participation qui traduit le « manque d’engouement » des populations pour ce scrutin. Enfin, la Raddoe suggère fortement l’utilisation du bulletin unique. De même, pour relever le taux de participation,  le Raddoe propose une loi qui interdirait toute activité commerciale et professionnelle, durant le déroulement du scrutin canalisant ainsi les électeurs vers les centres de vote. Il recommande aussi la mise en place d’une « législation claire et nette » sur l’interférence du président de la République dans la campagne électorale des élections législatives.  Le Raddoe avait déployé 22 observateurs à Bakel, Bambey, Dagana, Dakar, Fatick, Kanel, Kaolack, Kédougou, Louga, Mbour, Matam, Oussouye, Pikine, Podor et Saint-Louis et a couvert 1 500 bureaux de votes.

Aucun épisode de violence à déplorer selon le Roscate
De son côté, le Réseau des observateurs de la société civile et de la transparence électorale (Roscate), regroupant quatre organisations non gouvernementales, souligne le déroulement de la campagne électorale « dans une atmosphère relativement calme et sans incident », le respect de la liberté d’expression et de circulation des candidats, ainsi que le déroulement du vote « dans le calme, sans qu’aucun épisode de violence ne soit à déplorer ». Appréciant le « calme » et la « sérénité » qui ont caractérisé le déroulement du scrutin, le Roscate recommande, lui aussi, l’instauration du bulletin unique pour les futures échéances électorales, ceci « pour faciliter la tâche aux électeurs et réduire le budget lié à la confection des bulletins ».

Seydou KA

 

Archives numériques du soleil

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Spécial Tourisme 2012

François Hollande au Sénégal

Cahier MCA

Spécial Poponguine 2012

Spécial Gamou 2012

Spécial Magal Touba 2012

Spécial Can 2012

Nos partenaires

logo unicef logo unicef apanews

logo unicef

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday133090
mod_vvisit_counterYesterday192343
mod_vvisit_counterThis week1087894
mod_vvisit_counterLast week1488498
mod_vvisit_counterThis month5144327
mod_vvisit_counterLast month7019090
mod_vvisit_counterAll days95382200

We have: 1014 guests, 1 members, 908 bots online
Your IP: 54.227.62.141
 , 
Today: Apr 25, 2014