banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Affaire Karim Wade : Plus de 17 milliards de FCfa restitués à l’Etat

09 Mar 2016
1886 times

KMW Avocats EtatPARIS - Près de 27 millions d’euros (plus de 17 milliards de FCfa) de biens appartenant à Karim Wade et à ses complices ont été restitués à l’Etat de Sénégal. L’information a été donnée hier, à Paris, par Antoine Diome. L’agent judiciaire de l’Etat sénégalais parle également d’un compte de 842.000 euros bloqué au Luxembourg, un autre de plus de 2 millions retrouvé à Monaco. Au total, le Sénégal espère récupérer plus de 100 millions d’euros supplémentaires en cas de coopération de la justice libanaise.

Après la condamnation définitive en août 2015 de Karim Wade à 6 ans de prison pour enrichissement illicite, l’Etat du Sénégal a « recouvré près de 27 millions d’euros ». Me Antoine Diome s’est voulu précis en détaillant la somme récupérée par l’Etat sénégalais au cours d’une conférence de presse tenue à Paris. L’agent judiciaire de l’Etat explique que deux sociétés sénégalaises spécialisées dans les services aéroportuaires et six appartements dans un complexe immobilier appartenant à Karim Wade ont été confisqués. Pour les services aéroportuaires, il s’agit des sociétés Ahs S.A. et Abs S.A. qui sont estimées à un total de « 19,8 millions d’euros par les experts de la Crei ». Les calculs de ces derniers estiment « à plus de 6 millions les six appartements du complexe immobilier Eden Roc (qui en compte 24 au total) » restitués à l’Etat du Sénégal.

24 comptes bloqués à Monaco
Se perdant parfois dans son décompte, Antoine Diome est revenu également sur d’autres points de « la traque des bien mal acquis ». Dans le secteur de la banque, 11 millions répartis dans 24 comptes bancaires ont été bloqués à Monaco. « Il y a en un qui affiche un compte créditeur de 2,3 millions d’euros au nom de Karim Meissa Wade », souffle Antoine Diome. « Au Luxembourg, un contrat d’assurance vie d’un montant de 842.000 dollars est également bloqué. Il y a des tentatives de levées de ses saisies qui n’ont pas encore connus de succès parce que les juridictions monégasques et luxembourgeoises ont toujours rejeté les demandes de levées de saisies en suivant (la position de) l’Etat du Sénégal », précise-t-il. Pour les biens de valeur et immobiliers, Antoine Diome évoque « des montres de luxe saisies dans un coffre » d’une agence parisienne de la banque Société Générale, située dans le quartier de la Madeleine ainsi que « deux appartements parisiens », situés dans le 16ème arrondissement de Paris.

Toutefois si le Luxembourg et Monaco coopèrent avec le Sénégal selon ses représentants, on ne peut pas en dire autant de pays comme le Liban. « Des sommes importantes ont été retracées des comptes de Monaco pour partir vers d’autres destinations notamment le Liban ». Me Diome pense que d’autres pays sont concernés car « entre 2003 et 2013, il y a eu pas moins de 151 millions d’euros qui ont été versés dans les 24 comptes ouverts dans une banque à Monaco ».

100 millions d’euros à recouvrer au Liban
L’agent judiciaire de l’Etat du Sénégal « espère » ainsi « la coopération du Liban pour recouvrer pas moins de 100 millions d’euros ». Il va plus loin dans le rapatriement « très prochainement » des biens immobiliers. « Une procédure d’exécution est en cours », avance-t-il.  Outre Antoine Diome, la conférence de presse s’est tenue en présence de trois avocats de l’Etat du Sénégal : Me Simon Ndiaye, Moussa Felix Sow et William Bourdon. Ce dernier a montré une agressivité négative à la suite d’interrogations de journalistes sur l’organisation de la conférence de presse par le cabinet de communication qui s’occupe aussi de l’image du président Sall. En effet, Patricia Balme, à travers son agence de communication, était chargée d’organiser la conférence de presse. Ce qui peut raisonnablement flouer le message sur les avancées réelles de la justice du Sénégal dans le recouvrement des biens spoliés aux contribuables sénégalais. Une telle organisation avec des airs de conflit d’intérêt ne fait que mettre de l’eau au moulin de ceux qui pensent que la justice sénégalaise est aux ordres de l’exécutif. Or, ce qui a été présenté par Antoine Diome, l’agent judiciaire de l’Etat sénégalais, ne semble souffrir vraisemblablement d’aucune contestation. Le timing de la conférence a été également questionné. « Est-ce une récupération politique en vue du référendum du 20 mars ? », s’est-on interrogé dans la salle. Le représentant et les avocats de l’Etat du Sénégal ont préféré ne pas répondre directement en revenant aux principales annonces : « A ce jour, l’Etat du Sénégal a recouvré 27 millions d’euros. C’est un bilan d’étape. Il devrait en avoir d’autres dans les mois à venir », promettent les organisateurs.

Moussa DIOP,
correspondant à Paris


Last modified on jeudi, 10 mars 2016 13:10
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.