banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Santé : Le numérique, l’autre intrant pour améliorer la qualité des soins

22 Fév 2018
2534 times
Santé : Le numérique, l’autre intrant pour améliorer la qualité des soins Photo d'archives

Les « Mardis du numérique », qui sont à leur 7ème édition, ont permis aux acteurs de la santé et aux responsables d’African performance institute (Api) de démontrer l’importance du numérique dans la facilitation de l’accès aux soins de qualité par le biais de la télésanté et de la m-santé. Les nouvelles technologies sont aussi un puissant outil de sensibilisation et prévention des maladies.

« La santé à l’ère du digital : quel enjeu pour le Sénégal ? » Tel est le thème de la 7ème édition de la conférence des « Mardis du numérique ». Cette rencontre, initiée par African performance institute (Api), a pour but de servir de plateforme d’examen des différentes problématiques liées à la construction et la transformation numérique. Elle a été présidée, le 20 février, par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. Ce dernier a informé les organisateurs que son département a lancé le processus d’adoption de la « Stratégie nationale de santé digital 2018-2022 ». Selon le ministre, c’est pour impulser et promouvoir l’accès aux soins de qualité par le biais de la télésanté et de la m-santé. L’objectif recherché également est la prévention et la prise en charge du risque maladie à travers une plus large diffusion d’informations sur la santé et une digitalisation de la Couverture maladie universelle. En outre, le renforcement des performances du personnel de la santé par l’utilisation des Tic et l’amélioration de la gouvernance sanitaire grâce à la disponibilité de l’information sécurisée font partie de cette stratégie. « Le thème est parfaitement aligné sur notre Stratégie nationale dont la mise en œuvre va démarrer, courant 2018, sous la coordination de la Direction générale de la santé à travers la cellule de la carte sanitaire, de la santé digitale et de l’observatoire de la santé », a noté Abdoulaye Diouf Sarr. Selon lui, « la santé numérique nous invite à revisiter nos pratiques à l’aune des opportunités et des risques que présentent les technologies de l’information ».

Le ministre de la Santé a reconnu que, grâce aux Smartphones, chaque personne a la possibilité de contrôler son indice de masse corporelle, sa tension et son taux de glycémie. « Il est donc possible d’anticiper sur la maladie grâce à une bonne information sur la santé et à la promotion en ligne d’une bonne hygiène de vie », a commenté M. Sarr. Et à son avis, à l’ère du digital, la santé doit être gérée autrement, c’est-à-dire en prenant en compte des besoins des populations. Ces nouvelles technologies, a-t-il estimé, ne doivent pas être perçues uniquement comme des services, mais comme des solutions.

Le président d’African performance institute, Ibrahima Nour Eddine Diagne, en décortiquant le thème, a souligné que le numérique donne l’opportunité de faire la connexion entre toutes innovations connues dans le domaine du digital et de la santé en tant que pratique multisectorielle qui, dans son évolution, n’est jusqu’à présent pas encore bouleversée par les métiers du numérique. « Nous avons voulu, à travers notre rendez-vous des « Mardis du numérique », poser le débat devant le ministre et ses collaborateurs », a-t-il renseigné. M. Diagne a, par ailleurs, affirmé que le médecin d’aujourd’hui doit être à l’heure de l’actualité du numérique. « Il doit aussi être capable de pouvoir faire ses consultations, ses analyses et des diagnostics en utilisant les nouvelles technologies de la communication », a-t-il conseillé, d’autant plus que, dans l’avenir, le médecin fera face à un concurrent qui s’appellera l’intelligence artificielle.

Eugène KALY

Last modified on jeudi, 22 février 2018 11:12
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.