Print this page

Protection des données personnelles : Le Sénégal un pionnier, selon Internet society

15 Mai 2018
1896 times

Avec la Commission nationale de la protection des données personnelles, le Sénégal est l’un des premiers pays à appliquer les directives de la commission de l’Union africaine (Ua). C’est la révélation de Dawite Békélé, directeur du Bureau régional pour l’Afrique d’Internet society.

«Le Sénégal est un des pays en avance, peut-être même le plus en avance dans ce sens, parce que c’est le premier pays à avoir ratifié la convention de l’Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données personnelles et l’un des premiers à avoir cette commission nationale de protection des données. J’espère qu’il sera un leader dans le domaine dans la sous-région voire dans le monde ». C’est la conviction de Dawite Békélé, directeur du Bureau régional pour l’Afrique d’Internet society qui prenait part au Sommet africain de l’Internet qui s’est tenu, du 29 avril au 11 mai 2018, à Dakar. Pour lui, « les autres pays devraient s’inspirer du Sénégal ». Cependant, il avertit que la protection des données ne devrait pas empiéter sur les autres droits. « Par exemple, la liberté d’expression est à prendre en compte quand on parle de protection des données personnelles. Parce que quand on protège les données, on doit s’assurer qu’on ne touche pas à la liberté d’expression qui est aussi protégée par les Constitutions. Donc il faut qu’il y ait un travail au niveau national, pour nous assurer que les données sont protégées, tout en protégeant d’autres droits », dit-il.
Quid de la cybersécurité ? M. Békélé estime que « c’est inhérent à la technologie. Au début, on ne voit que ce qu’elle apporte. Plus tard, nous voyons les problèmes et ce n’est pas propre à l’Internet. Mais les avantages sont tellement nombreux qu’on ne peut pas faire machine arrière. En revanche, on peut trouver des réponses », dit-il.

C’est justement pour en trouver qu’Internet society et l’Union africaine ont mis en place un certain nombre de directives. « Tous les Etats membres doivent reconnaître la confidentialité comme la base de la confiance dans l’environnement numérique, et l’importance d’une utilisation durable et responsable des données personnelles dans l’économie numérique », explique M. Békélé. En outre, elles comprennent des recommandations pour les citoyens qui se soucient de la protection de leurs données personnelles et de leur confidentialité. Le directeur du Bureau régional pour l’Afrique d’Internet society poursuit en informant que « les autorités de contrôle et les gouvernements doivent agir pour s’assurer que les prestataires de services et les fournisseurs de produits ont un modèle commercial bien défini, pour que les consommateurs puissent prendre des décisions bien fondées sur les implications des produits et services en rapport avec la confidentialité. Il y a aussi des principes. Par exemple, il faut que l’utilisateur ait une vue claire sur les aspects sur lesquels on utilise ses données. Ensuite, il faut qu’il y ait des restrictions sur ces données ».

Oumar FEDIOR

 

Last modified on mardi, 15 mai 2018 09:39
Rate this item
(0 votes)
Lamine Diack

Latest from Lamine Diack